mercredi 7 novembre 2012

Confiture de Meraviho et Pâte de Coings


Lors de mon dernier weekend chez mes amis du Ventoux, j'ai fait une belle découverte. Dehors, sur la table du jardin, mon amie avait posé un énorme fruit, que j'ai pris tout d'abord pour une courge. En fait il s'agissait d'une méréville (meraviho en provençal ou gigérine), un fruit de la famille des pastèques qui ne se mange pas cru mais uniquement en confiture. On en trouve essentiellement sur les bords de la méditerranée. Le fruit qui a une chair vert tendre et des pépins, nécessite une longue cuisson avant de devenir une belle confiture aux couleurs ambrées. J'ai donc hérité du fruit en question avec pour mission de rapporter quelques pots... Je me suis donc mise au travail quelques jours plus tard, avec l'aide de ma maman venue passer quelques jours dans le sud. Il y a de nombreuses façons de faire, avec des cuissons en une seule fois ou sur plusieurs jours: Le seul point commun des différentes méthodes, la longueur de l'opération, entre deux et quatre heures (bon, on peut faire autre chose pendant ce temps là, mais sans trop s'éloigner!)... J'ai eu également de précieuses informations grâce au Musée d'Art et Traditions Populaires de Marignane. Vous pouvez si vous habitez les environs de Marseille, suivre les ateliers "Confiture de Meraviho" qui se dérouleront les samedis 10, 17 et 24 novembre. Ces ateliers ont pour but de faire revivre les traditions oubliées de Provence.
Nous avons également profité du weekend pour faire une petite virée shopping sur Avignon, cette ville est vraiment agréable... Le dimanche nous sommes allées cueillir des coings dans le fond du jardin. Je suis donc revenue bien chargée. Comme chaque année, je fais de la gelée et de la pâte de coings, c'est beaucoup de travail mais cela se conserve longtemps. J'ai de la gelée pour l'hiver, je l'utilise pour mes desserts (cela remplace bien le miel). Quant à la pâte, c'est assez long à réaliser: Il faut mélanger longtemps pour dessécher la purée de coings et éviter qu'elle attache à la cocotte... Mais le résultat en vaut la chandelle! 


Une fois roulés dans le sucre, les petits cubes de pâte de coing peuvent se mettre en sachets et constituer un joli cadeau gourmand. Pensez mettre une jolie étiquette (réalisée à l'imprimante puis découpée à la perforatrice). La pâte de coings est également délicieuse avec les fromages de brebis (Manchego ou Ossau-Iraty), la tête de moine ou l'Appenzeller. Présentez un beau morceau ou quelques cubes (non sucrés) sur votre plateau de fromages. J'utilise ma gelée de coings pour lustrer mes tartes aux fruits dès lors sortie du four, comme pour ma tarte fine aux pommes (novembre 2011).


Confiture de Meraviho (Méréville)

1 Méréville
500 g de sucre par kilo de fruit
2 citrons
1 gousse de vanille

Pelez la méréville et enlevez tous les pépins. Coupez la chair en morceaux réguliers et pesez. Ajoutez 500 g de sucre par kilo de fruit pesé et laissez macérer une nuit.
Le lendemain: Mettez la confiture sur le feu avec le zeste râpé et le jus des citrons, la gousse de vanille fendue en deux. Faites cuire la préparation une heure à feu doux, puis laissez reposer toute la nuit.
Le dernier jour enfin, remettez la confiture sur le feu et cuisez encore entre 1 heure et 1 heure 30. Pour tester la bonne cuisson de la confiture, faites couler quelques gouttes sur une assiette bien froide. La confiture doit figer et ne plus couler lorsqu'on penche l'assiette. Retirez la gousse de vanille et versez encore bouillant dans les pots, refermez immédiatement avec les couvercles et retournez les pots jusqu'à complet refroidissement.

Imprimez la recette


Pâte de Coings

3 kg de coings
2 kg de sucre (environ)
1 citron
1 gousse de vanille

Lavez les coings (utilisez éventuellement une éponge grattante pour enlever la pruine).
Coupez les fruits en quartiers. Ne pas éplucher mais retirez les trognons avec les pépins. Enfermez-les dans une mousseline. Versez le tout dans un grand faitout, recouvrez d'eau à hauteur. Faites cuire jusqu'à ce que la chair soit fondante, 30 à 40 minutes. Versez les fruits dans une passoire pour recueillir le jus. Laissez refroidir. Ne jetez-pas ce jus, il vous servira à réaliser une gelée de coings.
Moulinez les fruits une première fois avec une grille à gros trous, puis moulinez à nouveau avec une grille fine. Pesez la purée de fruits obtenue.
Mettez la purée de fruits dans une bassine à confiture ou une grande marmite. Ajoutez le sucre (750 g par kilo de fruits), le jus et le zeste de citron coupé en grandes lamelles, la gousse de vanille fendue en deux et grattée. Mélangez bien.
Faites cuire sur feu moyen en remuant souvent. Au début, la couleur est dorée et la consistance plutôt liquide, puis elle va foncer au fur et à mesure de la cuisson et le mélange va épaissir. Il faut 40 à 50 minutes environ pour que la pâte soit cuite. Cela dépend de la force du feu, de la maturité ou de la quantité de fruits. la pâte doit se décoller des bords de la marmite. Attention, en fin de cuisson, ne cessez pas de remuer, elle risque d'attacher au fond. Enlevez à la fin les lamelles de zestes de citron et la gousse de vanille.
Versez la pâte dans un grand plat (ou un plateau) recouvert de papier sulfurisé. Ne pas dépasser 3 à 4 centimètres d'épaisseur. Mettez le plateau dans un endroit sec, recouvrez d'un torchon et laissez sécher 24 à 48 heures. Au bout de ce temps, retournez la pâte et laissez sécher encore 24 à 48 heures.
Lorsque la pâte de coings est sèche et ferme au toucher, vous pouvez découper des cubes pour réaliser des pâtes de fruits (vous les roulerez dans le sucre en poudre), ou la conserver telle quelle dans une boite hermétique. Vous prélèverez des morceaux en fonction de vos besoins.

Imprimez la recette

23 commentaires:

  1. Jamais entendu parler de cette pastèque... Une belle confiture. Ta pâte de coings est merveilleuse! J'adore la enivrante saveur de ce fruit merveilleux.

    Bises,

    Rosa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rosa, j'adore moi aussi le parfum des coings... Bises!

      Supprimer
  2. Toujours des recettes et des photos magnifiques
    Chantal
    www.macuisineetvous.com

    RépondreSupprimer
  3. Très jolies photos comme toujours, on plongerait volontiers toute entière dans le pot de confiture. Je crois qu'on appelle aussi ce genre de pastèque le citre en Provence ,et c'est incroyable, mais je n'en ai encore jamais goûté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Iza, tu as raison, on l'appelle également citre en Provence... Ce n'est pas un fruit très répandu et peu de gens savent le cuisiner... Une tradition qui se perd!

      Supprimer
  4. Magnifiques photos.
    Cette confiture de pastèque évoque le souvenir de mes grands parents,mon grand père cultivait ces pastèques pour son plaisir et ma grand mère faisait des confitures.J'adorais mettre sur du pain les morceaux de pastèque confits.
    Merci pour ce magnifique article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que cela vous évoque de bons souvenirs... Venant d'une autre région c'était une découverte pour moi...

      Supprimer
  5. Magnifique réalisation gourmande
    Bonne journée
    Valérie.

    RépondreSupprimer
  6. Merveilleuses photos et de bonnes recettes (comme d'habitude) ! Je viens de faire ma gelée de coings, mais je suis tentée d'en refaire, pour essayer la recette de la pâte de coings.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'en referai certainement, parce-que ça part vite et pour essayer la recette d'une amie avec du safran... A bientôt!

      Supprimer
  7. Dans le sud-ouest on l'appelle melon d'Espagne.

    RépondreSupprimer
  8. Merci Bergeou pour ton commentaire... Je connais bien le melon d'Espagne pour en avoir acheté plus d'une fois (ici ou en Espagne justement), on peut le manger cru et il a très bon goût, contrairement au Méréville qui ne se mange pas cru (aucun goût) et qui a besoin d'une cuisson pour développer ses arômes et confire doucement dans le sucre...

    RépondreSupprimer
  9. Oooooh la confiture a la pastèque.
    Je l'ai découverte il y'a quelques années également dans le sud, la grand mère de mon ami y met également un peu d'orange.
    Quel délice cette confiture ! Surement la meilleure d'ailleurs et tellement originale !

    RépondreSupprimer
  10. Mummmmm, bien appétissantes ces recettes :) Merci pour le reportage. Tu nous fait vraiment voyager grâce à tes photos ! Bises.

    RépondreSupprimer
  11. J'aime autant la présentation que la confiture ^^

    RépondreSupprimer
  12. Moi aussi ça m'a rappellé la confiture de melon d'Espagne qu'on faisait à la maison quand j'étais petite (dans le sud-ouest, eh oui^^). Maintenant que je vis à Nice, faut que je me procure ces mérévilles, pour voir la différence !

    RépondreSupprimer
  13. hum, ça fait un joli petit sachet avec ces gourmandises

    RépondreSupprimer