dimanche 26 avril 2015

Gâteau au yaourt, citron et pavot


Incroyable! Je suis de retour... Après une longue période d'absence, je vais tout doucement me remettre à poster des billets sur ce blog. Pas encore aussi régulièrement qu'avant, je vous l'accorde, mais le plus souvent possible!
Que c'est-il passé depuis septembre dernier? Nous avons enfin trouvé une maison, qui corresponde à nos critères (nos rêves, nos moyens, nos exigences...). Nous avons passé notre hiver dans les plans, les devis, les réunions de chantier, et le début des travaux. Depuis le début du printemps, les choses prennent forme : Rénover une maison c'est complexe, riche en surprises (bonnes et mauvaises), en nuit blanches et en emmerdements ennuis. Il faut être vigilant et surveiller le chantier, j'y vais en ce moment tous les jours... Comme si je n'avais pas assez de boulot! Mes journées sont à rallonge, et nous passons tous nos weekends sur place (la maison n'est pas encore habitable). J'ai troqué mes poêles et et mes casseroles pour des truelles, des pinceaux, des spatules à enduit, scie, marteaux et autres outils qui font mal aux mains! Je ne hante plus Ikéa et les magasins de "filles", je traine chez Leroy Merlin et je commence à parler "pro" avec les vendeurs... Tout arrive!!!


Nous avons trouvé un endroit de rêve au pays des Sorgues. Un grand terrain cerné de champs de pommiers, de fleurs et de chevaux, avec une vue magnifique sur le Mont Ventoux. Avec le printemps, nous découvrons les beautés de ce jardin et les premières floraisons de nos arbres fruitiers. Depuis ces photos, il y a 2 semaines, le jardin a déjà beaucoup changé. Moins de fleurs, plus de feuillages, les deux superbes platanes devant la maison ont déjà toutes leurs feuilles et nous donnerons un bel ombrage pour nos déjeuners d'été. J'ai planté mes premiers rosiers grimpants (commandés chez David Austin en Angleterre). Les iris sont sur le point de fleurir, les lapins gambadent dans le jardin tous les matins, et nous jardinons au bruit des oiseaux...


Encore quelques semaines de patience et nous pourrons aménager. Nous avons choisi de voir les choses en grand, on refait complètement le chauffage, l'isolation, l'électricité et la plomberie. La maison qui ressemblait encore à un gruyère il y a quelques semaines se rapproche de plus en plus d'un intérieur dans lequel nous pouvons nous projeter. On va pouvoir passer à tout ce qui est déco, les salles de bains, les peintures, l'aménagement intérieur... et la cuisine!!! Bref, tout est loin d'être fini, mais fin juin au plus tard nous serons dans les lieux...
D'ici-là j'avoue, peu de cuisine, des repas vite faits la semaine, des pique-niques le weekend, grandes salades, sandwiches... Avant de renter complètement cassés le soir! 
Je me contente donc de faire des choses simples, comme ce gâteau que nous dégustons sur place en compagnie des ouvriers. C'est une recette inspirée du magazine Saveurs, mais avec quelques ajustements personnels... Alors, enjoy!


Gâteau au yaourt, citron et pavot

 Pour la pâte :
 -  200 g de farine
-  150 g de sucre
-  100 g de beurre demi-sel
-  3 œufs
-  3 citrons
-  1 pot de yaourt à la grecque
-  1 sachet de levure chimique
-  2 c. à soupe de graines de pavot
Pour le glaçage :
-  100 g de sucre glace
-  1 c. à soupe de jus de citron
-  1 citron

1. Préchauffez le four à 180°C (thermostat 6). Lavez et séchez les citrons. Râpez finement leur zeste (si possible à la Microplane). Pressez leur jus. Faites fondre le beurre et laissez-le tiédir.
2. Dans un saladier, ou dans le bol d'un robot, fouettez les œufs avec le sucre jusqu'à obtenir un mélange bien mousseux. Ajoutez le yaourt et le beurre fondu, puis la farine et la levure tamisées ensemble. Incorporez enfin les graines de pavot, 5 cl de jus de citron et les zestes râpés. Mélangez soigneusement.
3. Versez dans un moule silicone, ou un moule classique beurré et fariné, et enfournez pour 40 à 45 minutes de cuisson. Le cake doit être doré à l'extérieur et bien moelleux à l'intérieur. Laissez le cake tiédir à la sortie du four avant de le démouler sur une grille. Laissez complètement refroidir.
4. Préparez le glaçage : Dans un bol, mélangez le sucre glace avec le jus de citron. Étalez la préparation sur le gâteau. Brossez le dernier citron sous l'eau et séchez-le. Détaillez-le en très fines rondelles et disposez-les sur le glaçage, avant qu'il ne soit complètement sec. Laissez durcir puis dégustez.

Imprimez la recette

mardi 23 septembre 2014

Entrecôte Sauce Bordelaise


Que les puristes me pardonnent, ce n'est pas la version traditionnelle de la sauce bordelaise, également appelée "marchand de vin" que je vais vous confier aujourd'hui, mais ma version simplifiée et à la portée de tous! La recette originale, nécessite comme dans la mienne, des échalotes, du bon vin rouge (de Bordeaux dans la tradition, mais n'importe quel vin rouge corsé peut faire l'affaire) et du beurre! Mais quand je lis dans les recettes anciennes, glace de viande et moelle de bœuf, tout se complique. Ces ingrédients sont parfaitement trouvables, mais moi, j'aime improviser une belle sauce, lorsque je rentre de chez le boucher avec une bonne pièce de viande. Je dois donc me contenter de ce que j'ai toujours sous la main... et c'est une fois de plus ce bon bouillon cube, qu'utilisaient déjà nos grands-mères qui vient à mon secours. Il donne à ma sauce une belle saveur, parfume mes échalotes et donne à ma sauce un air de "reviens-y" qui séduit les gourmands. Je les vois en fin de repas saucer jusqu'à la dernière trace dans leur assiette, voire plonger directement dans la saucière jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus... Même mon petit fils y a pris goût!
Et on ne pouvait pas parler de sauce bordelaise, sans évoquer cette belle région et vous proposer un petit tour du côté du bassin d'Arcachon. Nous y avons passé une semaine fin août, du côté du Pyla-sur-Mer. Nous nous sommes surtout régalés de poissons et de fruits de mer, accompagnés la plupart du temps de notre vin chouchou, le château Turcaud, un entre-deux-mers délicieux, qui accompagne à merveille tous ces produits iodés. Nous avons arpenté les halles d'Arcachon et dégusté de belles charcuteries, nous avons craqué pour les cannelés, apprécié quelques petits verres de Lillet... Une belle parenthèse qui nous a regonflé à bloc avant de reprendre le travail.


Si vous passez dans le coin, je vous invite à découvrir une belle adresse, la Co(o)rniche, merveilleux hôtel restaurant situé tout au bout du Pyla-sur-Mer, à proximité immédiate de la célèbre dune. L'endroit décoré avec talent par Philippe Starck est tout simplement magique... tant par sa décoration que par le spectacle offert depuis sa terrasse. On peut y admirer la dune, bien sûr, mais également l'entrée du bassin d'Arcachon, fermé au loin par la pointe du Cap Ferret, et juste devant le banc d'Arguin avec ses parcs à huitres. Nous avons été charmés par l'endroit, et cela vaut vraiment le coup d'y venir (selon vos moyens) pour un café, un cocktail au coucher du soleil, ou un délicieux plateau de fruits de mer. En résumé, la co(o)rniche, c'est un peu attrape co(o)uillon au niveau des prix, mais c'est incontestablement "the place to be" de ce côté du bassin!


En faisant le grand tour du bassin (2 h de bouchons en haute saison), on arrive jusqu'au Cap Ferret, un endroit que j'adore. Nous y avons passé les vacances plusieurs années consécutives, lorsque les enfants venaient encore avec nous, et quelques weekends en amoureux. Cette fois nous n'y avons passé qu'une journée, mais en quelques années, le programme ne change pas beaucoup! D'abord un petit tour au marché, puis un petit café-cannelé chez Lemoine juste en face. Ensuite un peu de shopping avant de s'attabler dans le quartier ostréicole, à la Cabane du Mimbeau, devant quelques huitres avec un petit coup de blanc. Après-midi plage, sur le bassin au calme ou à l'océan, histoire de se faire chahuter par les vagues. En fin de journée, balade dans les 44 hectares pour admirer les belles villas. La soirée ne peut se terminer sans un petit cocktail au Tchanqué (Mojito ou Lillet) avant de décider où dîner. Les bonne tables ne manquent pas! Hortense pour ses moules au jambon et ses poissons ultra-frais, la Maison du Bassin ou le Pinasse Café avec sa belle carte du marché. Mais attention, sans réservation en haute saison (même en semaine), vous aurez du mal à obtenir une table!


Côté bassin, dans le quartier du Mimbeau, la vue est imprenable sur Archachon et sur la Dune. Il y a beaucoup de jolies balades à faire, en se laissant charmer par le ballet des marées. Le paysage change tout le temps et les couleurs sont sublimes. Malgré le monde, il est toujours possible de trouver un endroit au calme. Les amateurs de pêche à pied ou de photo seront comblés. Les belles maisons d'architectes (toujours dans l'esprit bassin) et les cabanes ostréicoles colorées se côtoient dans une belle harmonie... Le vélo est roi, et les chanceux qui possèdent un bateau, passent au loin en direction du banc d'Arguin, pour un pique-nique ou une partie de pêche!


Entrecôte Sauce Bordelaise

Pour 4 personnes
1 grosse entrecôte ou une côte de bœuf
1 kg de petites pommes de terre grenaille
4 branches de thym frais
Fleur de sel, poivre moulu
Pour la sauce :
3 belles échalotes
1 cube de bouillon de bœuf
15 cl d'eau
15 cl de vin rouge de Bordeaux
100 g de beurre doux
Sel, poivre

Faites cuire les pommes de terre 10 minutes à l'eau bouillante salée.
La sauce : Épluchez et émincez les échalotes. Déposez-les dans une casserole avec le cube de bouillon et l'eau. Faites réduire sur feu moyen jusqu'à ce qu'il ne reste presque plus de liquide. Versez alors le vin rouge et laissez à nouveau réduire jusqu'à obtenir un petit fond de liquide (2 à 3 cuillères à soupe). Hors du feu, ajoutez le beurre bien froid en parcelles et fouettez pour émulsionner. Rectifiez l'assaisonnement en sel et en poivre et conservez au chaud sur un bain-marie. A ce stade, la sauce ne doit pas bouillir.
Huilez très légèrement la viande, frottez-la de thym émietté, de fleur de sel et de poivre. Déposez-la sur une plancha bien chaude (ou un barbecue) et faites-la cuire une dizaine de minutes sur chaque face. Vérifiez la cuisson en incisant légèrement la viande, et poursuivez-la selon vos goûts.
A mi-cuisson, ajoutez les pommes de terre et faites-les rissoler. Retirez la viande et laissez-la reposer 5 minutes sous une feuille de papier aluminium.
Servez la viande et tranchez-la devant les convives. Servez en accompagnement les pommes de terre et la sauce bordelaise. Dégustez sans attendre.

Imprimez la recette

dimanche 7 septembre 2014

Les Véritables Palets Bretons


Aujourd'hui on fait escale en Bretagne, dans le sud Finistère à Pont-Aven. Surnommée "La Cité des Peintres", cette petite ville qui vit passer, entre autres, Gauguin, Renoir et Cérusier, perpétue la tradition en hébergeant de nombreux artistes. Les galeries sont nombreuses, et la petite cité, commerçante depuis toujours, connue avant tout pour ses moulins et son port, reste dédiée aux achats. Les anciennes boutiques de souvenirs, comme on en voit partout, on fait place aujourd'hui à des échoppes plus chic au marketing bien étudié, dédiées à la gastronomie. Les touristes qui déambulent, repartent souvent avec quelques boites de sardines décorées de la Belle-Iloise, quelques caramels au beurre salé, des kouign-aman ou des sablés bretons des deux biscuiteries de la ville.
C'est justement cette recette de sablés que je vous propose aujourd'hui... ce serait dommage de ne pas s'y pencher, car c'est très simple à faire (on peut même les préparer avec des enfants), et tellement plus économique! Et je parierai même qu'une fois que vous les aurez goûtés, vous n'en achèterez plus jamais!


Cette recette est extraite du dernier numéro hors-série de Bretons en Cuisine, magazine auquel je collabore depuis deux ans maintenant, avec toujours autant de plaisir. Dans celui-ci, vous trouverez un "Best-Of" des recettes authentiques de Bretagne, des plats de légende (comme ces palets bretons), des idées pour le pique-nique, le barbecue, des recettes du potager ou de la mer... Bref plein de bonnes choses ("Traou-Mad" en breton) à préparer, à déguster et à partager, bien sûr! Ce numéro se trouve en kiosques, partout dans l'Ouest et à Paris (édition Ouest-France), mais vous pouvez également le commander sur le site. Viennent également de paraitre, les derniers numéros d'automne de Bretons en Cuisine et de Normands en Cuisine...


Vous venez juste une journée à Pont-Aven? Voici quelques lieux incontournables : Commencez par une balade en ville pour découvrir le port, les belles demeures, les vestiges des moulins et des lavoirs, les chaos de l'Aven et le bois d'Amour, visibles le long de la promenade aménagée. Visitez les nombreuses galeries de peinture et les ateliers d'artistes, découvrez la face cachée de la fabrication des galettes en visitant une biscuiterie, ou faites une croisière sur l'Aven ou le Bélon. Il existe, pour ceux qui ont plus de temps, des balades sur les pas de Gauguin (3 circuits à pied). Pour se restaurer, beaucoup de tables traditionnelles et de crêperies vous sont proposées, mais j'ai un petit coup de cœur pour le Moulin de Rosmadec, escale gourmande et gastronomique en plein centre ville. C'est beau, c'est très bon. Le chef Frédéric Sébilleau magnifie les produits bretons, et tout particulièrement les produits de la mer... Il existe aussi un bistrot et quelques chambres d'hôtes.


Cette recette simplissime se fait en un tour de main, au fouet ou au robot. Seul impératif, choisir des ingrédients de très bonne qualité. Des oeufs extra frais et du beurre demi-sel, ou du beurre doux auquel on ajoute un peu de fleur de sel (c'est ce que je préfère). Une fois formé et filmé, le boudin de pâte peut se conserver plusieurs heures au frais (même une nuit), ou encore au congélateur. J'utilise une plaque de mini-empreintes en silicone, qui permet aux sablés de lever bien droit et d'avoir ce bel aspect. Vous pouvez également utiliser des cercles inox, mais il faut en avoir une belle collection! Conservez les sablés à l'abri de l'humidité dans une boite métallique... Et pourquoi-pas justement dans une ancienne boite de Traou-Mad rapportée de vos vacances en Bretagne?


Les Véritables Palets Bretons

Pour 20 pièces (environ) :
2 jaunes d'oeufs
80 g de suce
80 g de beurre
140 g de farine
1/2 sachet de levure
1 sachet de sucre vanillé
1/2 c. à café de fleur de sel de Guérande

Sortez le beurre du réfrigérateur 1 heure avant de commencer.
Travaillez-le en pommade au fouet ou au batteur électrique. Ajoutez le sucre et travaillez encore 1 minute. Incorporez les jaunes d'oeufs et battez encore 1 minute.
Ajoutez le sucre vanillé, la farine et la levure tamisées ensemble, la fleur de sel, et travaillez la pâte du bout des doigts jusqu'à ce que les éléments s'amalgament.
Formez un boudin, enfermez-le dans deux tours de film alimentaire. roulez-le sur lui-même pour lui donner une forme régulière, et réservez-le au frais 1 heure au moins (plus si vous le souhaitez).
Allumez le four à 180°C (thermostat 6). Découpez des rondelles de 1 cm d'épaisseur dans le boudin et déposez-les dans des empreintes rondes en silicone. Enfournez 15 à 20 minutes jusqu'à obtenir une belle coloration.
Démoulez dès la sortie du four et laissez refroidir sur une grille. Une fois froids, ces sablés se conservent plusieurs jours dans une boite métallique.


Imprimez la recette

samedi 9 août 2014

Soupe Melon, Carottes, Gingembre et Chèvre frais


Un petit billet très estival avec mes deux incontournables de l'été : Une entrée toute fraiche d'abord, qui marie la douceur du melon et des carottes, avec une petite pointe de gingembre, histoire de réveiller les papilles... Et ma promenade du jour, dans un charmant village, Venasque, à quelques kilomètres de chez moi. Il est si près que l'on pourrait même y aller en vélo! Mais là, il faut un peu d'entrainement, il fait partie des charmants villages perchés du secteur... et cela grimpe! On est bien récompensé avec la vue magnifique sur la campagne environnante et sur le Mont Ventoux, le "Géant de Provence" qui domine la plaine. Du coup, à chaque fois que l'on a une visite (et elles sont nombreuses quand on a une maison dans le sud!), on va y faire un tour. On ne se lasse pas! Nous avons encore de beaux endroits à découvrir et à partager dans les environs... ce sera également l'occasion de quelques nouveaux articles (si mon travail me laisse un peu de répit!).
Je terminerai par une dédicace, à Geneviève qui m'a inspiré la recette, à mon amie Marie que j'espère revoir très vite, à la jolie Charlotte que j'ai eu grand plaisir à revoir!
Je vous souhaite un bel été...


Pour découvrir Venasque, pas besoin de voiture, le village est minuscule! C'est donc à pied que vous pourrez parcourir les ruelles et les remparts, découvrir l'église Notre-Dame, les tours sarrasines et le Baptistère du 6ème siècle. L'office du tourisme, pourra vous renseigner également sur les balades à faire dans les environs, sur la découverte de deux autres villages perchés tout proches, Le Beaucet et La Roque-sur-Pernes.


Deux adresses incontournables à Venasque : Tout d'abord la Maison de Charme Les Fontaines, à la fois auberge, salon de thé et boutique, en plein cœur du village. Un lieu idéal pour une escapade en amoureux ou juste une pause goûter. La maison est très jolie et offre de nombreux espaces charmants... Quant à la boutique, difficile de repartir les mains vides!
L'autre belle adresse : Les Remparts, hôtel de charme et restaurant qui sert une belle cuisine provençale, simple mais authentique. Quelle que soit la saison, on peut profiter de la vue sublime sur la vallée, de la salle panoramique ou de la jolie terrasse ombragée... et les prix sont tout doux, le menu le plus cher est à 34 €.


Quelques conseils de préparation : Choisissez des melons mûrs à point, et de toutes jeunes carottes bien sucrées. Vous pouvez doubler les proportions de gingembre si vous aimez les saveurs plus intenses. J'ai utilisé un chèvre frais du Lubéron, mais il existe de nombreuses autres variantes régionales. A défaut, remplacez-le par de la feta ou du Petit Billy. Ne faites pas l'impasse sur l'huile d'olive, qui apporte son parfum et sa rondeur. Choisissez-la légère en goût, comme celle d'Arnaud Gillet de chez Terre de Crète... Vous aurez une belle entrée, appréciée de tous et faisable quelques heures à l'avance. Je la garde au réfrigérateur dans des bouteilles, et je peux profiter de l'apéritif avec mes amis. Le dressage est très rapide, et elle se mange en un clin d’œil!



Soupe de Melon, Carottes, Gingembre et chèvre frais

Pour 6 personnes

2 beaux melons
6 carottes
1 cm de gingembre frais
1 cube de bouillon
100 g de chèvre frais
Quelques brins de coriandre pour la décoration
6 gressins
6 tranches de jambon Serrano
Huile d'olive

Épluchez et lavez les carottes, coupez-les en rondelles. Faites les cuire dans une grande casserole d'eau bouillante, avec le bouillon cube, jusqu'à ce qu'elles soient bien tendres. Mixez-les avec un peu de leur bouillon de cuisson. Ajoutez le gingembre râpé finement et un bon trait d'huile d'olive. Mixez à nouveau et laissez refroidir.
Ouvrez les melons, retirez les graines et récupérez la chair. Mixez-la et ajoutez-la à la purée de carottes. Réservez au frais jusqu'au moment de servir.
Juste avant de passer à table, répartissez la soupe de melon et de carottes dans des verrines. Émiettez le fromage de chèvre sur le dessus. Ajoutez quelques feuilles de coriandre et servez en accompagnement les tranches de jambon enroulées sur les gressins.

Imprimez la recette